La maladie d’Alzheimer frappe près d’un million de personnes en France. Nous ne disposons à ce jour d’aucun traitement pour la guérir. Tout au plus pouvons-nous tenter d’en retarder ou d’en atténuer les conséquences.
A ce constat, s’ajoute que l’audition ne fait pas partie des préoccupations des Français. Elle ne fait l’objet d’aucun enseignement à l’école, elle n’est que peu ou mal enseignée dans les domaines qui lui sont consacrés. La Faculté de médecine ne lui attache pas beaucoup d’importance et les professionnels de l’audition font avec le peu de données dont ils disposent.
Or, nous sommes devant l’un des sens les plus indispensables à la structuration de l’esprit et à la qualité de la vie des individus. Il n’est qu’à voir les difficultés que rencontrent les parents d’enfants sourds, pour prendre conscience du drame qu’est l’absence ou la mauvaise qualité de l’audition.
Si un sujet normal est très handicapé par les troubles de l’audition, qu’en est-il d’un malentendant qui débute une maladie d’Alzheimer ? C’est la question que nous nous sommes posée et à laquelle nous commençons à répondre.

Cette association a pour but de travailler ou d'aider à travailler, tant sur le plan clinique que fondamental, dans le domaine de la relation entre les troubles cognitifs et les troubles sensoriels. Il s'agit d'étudier tout particulièrement les liens entre la maladie d'Alzheimer et la presbyacousie. Les souffrances entraînées par ces troubles seront le plus possible au centre de ces recherches.

L'association se propose de réunir, pour favoriser l'atteinte de ses objectifs, des fondamentalistes, des médecins et des soignants de tous ordres regroupés pour mettre en commun leur expérience et leur domaine de compétences au service des personnes souffrant de ces pathologies."

Découvrez la nouvelle lettre du GRAPsanté

n°83 Novembre 2016
cliquez ici

Retrouvez la dernière spéciale du GRAPsanté

In memorium Jean-François Langumier
cliquez ici